Vos représentants du personnel UNSA-CCIV dénoncent en CPL du 8 décembre les pratiques RH actuelles et la suppression de postes annoncée

Publié le par UNSA CCI SNAPCC de VERSAILLES VAL D'OISE- YVELINES

1°/ Voici la déclaration préalable de l'UNSA-CCIV lue au Président Fouchet en ouverture de CPL du 8 décembre :

"Une délibération portant sur une première vague de 9 suppressions de postes de travail au sein de la CCIV a été votée par les élus à l'Assemblée Générale du 30 novembre 2011.

Une CPL extraordinaire est convoquée le 16 décembre 2011 pour une première information sur ces 9 suppressions d'emplois conformément à ce qui est prévu au Statut du Personnel (article 35-1).

Les entretiens préalables des 9 personnes concernées ont ensuite eu lieu très rapidement auprès du directeur général.

Les représentants du personnel UNSA-CCI dénoncent fermement le procédé consistant, sous couvert de la réforme des CCI, à procéder, sans aucun critère objectif, à 9 suppressions de postes avant même que les postes des futures CCID des Yvelines et du Val d'Oise, ou de l'organisation de la future CCIR Ile de France ne soient  identifiés.

L'UNSA-CCIV dénonce une politique de suppression de postes à deux vitesses : avant la réorganisation et après la réorganisation"

 

2°/ De longs discours avec des engagements non tenus ...

Le 10 novembre, sur l'intranet de la CCIV, le Président Fouchet et M. Delamaire ont communiqué longuement pour faire un point d'étape sur l'état d'avancement de la réforme sur le plan local, régional et national. Ils annoncent que le premier semestre 2012 serait un temps d'analyse et de définition de l'organisation cible pour "transformation" au second semestre 2012.

Dans la foulée, est convoqué un bureau exceptionnel des élus, pour leur faire valider le plan de suppression de 9 emplois dans un premier temps.

 

3°/ Entre temps, une politique RH qui génère l'insécurité pour les salariés de la CCIV , le nouveau jeu des "chaises musicales"....

La direction générale et la direction des ressources humaines incitent à la mobilité interne  en pourvoyant les postes budgetaires internes par des titulaires en CDD ! Cherchez l'erreur!

 

Et voici la "recette"  : 

1°/ Prenez un salarié part à la retraite ou change d'affectation de service par mobilité interne.

2°/ Publiez une annonce d'appel à la mobilité interne ( quand cela arrange la direction parce que, des fois, elle choisit de faire appel à du recrutement externe sous pretexte de ne pas trouver les compétences en interne!)

3°/ Engagez un titulaire sur une période de CDD d'un an avec obligation de retrouver son poste dans un an.

4°/ Sur le poste laissé vacant, recrutez un autre titulaire en interne, et proposez lui le poste budgétaire laissé vacant pour une période d'un an en CDD.

5°/ Répétez l'opération plusieurs fois de suite.

6°/ Le "résultat des courses" : vous obtenez des titulaires qui ont perdus leurs postes (="chaises"), des postes budgétaires qui ont été occupés en CDD qui finissent par se volatiliser...

Au final, vous avez réussi une politique RH qui supprime des postes sans application de l'article 35-1.

Cet article du statut offre des GARANTIES INDIVIDUELLES au salarié en cas de suppression de poste et oblige l'employeur à respecter la procédure.

 

L'UNSA-CCI demande à ce que les titulaires  qui postulent en interne à des postes budgétaires fixes soient affectés en CDI conformément au statut.

 

Arrêtons d'utiliser les ressources humaines comme variable d'ajustement budgétaire de "dernière minute" et de détourner les protections individuelles qui figurent dans notre statut !

 

 

 

Commenter cet article