Gestion du stress professionnel à la CCIV

Publié le par UNSA CCI SNAPCC de VERSAILLES VAL D'OISE- YVELINES

La gestion du stress à la CCIV : un long parcours du combattant, peu de résultats concrets !

La CCIV sait dépenser pour améliorer son image mais pas pour améliorer les conditions de travail des collaborateurs et la reconnaissance du travail accompli.

Dès 2007, bien avant la réforme des CCI,  L’UNSA CCIV  faisait un constat alarmant auprès de la Présidence sur la dégradation du climat social à la CCIV

Résultats de l’enquête UNSA CCIV de 2007 (plus de 200 réponses de collaborateurs CCIV)

 

Organisation et les conditions de travail

 

·  44% ne se sentent pas bien en adéquation avec  leurs fonctions

·  38% estiment travailler dans « l’indifférence ou la contrainte » :

·  39%  estiment : « je ne suis qu’un pion dans l’organisation »

·  36% déplorent la pesanteur des procédures de travail

 

Motivation et satisfaction au travail

 

·  30% ne trouvent jamais ou rarement d’intérêt à leur travail

·  48% trouvent que la CCIV est rarement ou jamais motivante, valorisante pour leur travail, qu’il n’y a pas de reconnaissance au travail

Relations avec le management

Gestion des conflits

 

·  43% estiment que les relations en équipe sont mauvaises, inexistantes  ou conflictuelles

·  23% s’estiment ignorés voire rejetés par le niveau N+1

 

Relations, coopération et ambiance au travail

 

·  64% estiment qu’il est inutile de parler de leurs difficultés à la hiérarchie, qu’il vaut mieux ne rien dire

·  36% trouvent qu’il existe de l’injustice entre les différents statuts de personnel cadre/non cadre

·  33% souhaitent de vrais échanges dans les réunions

Gestion des carrières et politique RH

 

·  75% estiment que l’évolution professionnelle est réservée à une élite

·  61% n’ont jamais bénéficié d’une mutation ou d’une promotion

·  86% pensent qu’il n’y a pas de gestion des carrières à la CCIV

·  65% estiment que la politique salariale et l’attribution de primes ou d’avantages est injuste

·  45% estiment que l’entretien annuel ne sert pas à reconnaître les compétences et l’implication au travail

 

Communication interne

 

·  45% estiment que leur avis n’est pas pris en compte : la communication est unilatérale, du haut vers le bas de l’organisation

 

En 2010, à la demande des syndicats, la direction constitue un groupe de travail paritaire sur la gestion du stress à la CCIV (analyse des différents indicateurs de stress, consultation de spécialistes externes comme la médecine du travail, enquête UNSA sur les facteurs de stress professionnel des collaborateurs, etc.)

En 2011, les syndicats obtiennent qu’une étude soit réalisée avec l’appui d’un cabinet de consulting spécialisé externe neutre (et non la DSIRH comme prévu initialement). Fin 2011, cabinet de consulting SOLIC lance le questionnaire : « Vous travaillez à la CCIV, votre avis nous intéresse …»

Principaux résultats sur plus de 66% de participation:

1.      20% des collaborateurs ressentent un stress professionnel : La limite normale en entreprise est de 16 à 18% de stress.  A la CCIV, le seuil est dépassé !  Le cabinet SOLIC le confirme, on est dans le « rouge », certaines populations spécifiques étant bien identifiées.

Pour la direction générale, rien d’alarmant : tout s’explique par l’incertitude sur la réforme, les difficultés de la rentrée scolaire (le questionnaire a été lancé en septembre…), sans cela,  tout va bien à la CCIV,  il suffit de communiquer, cela va rassurer !

Nous avons obtenu de faire un diagnostic objectif, aujourd’hui le problème réside dans la réelle volonté de remédier aux problèmes constatés.

Pour l’UNSA CCIV,  ce stress s’explique par les difficultés déjà diagnostiquées en 2007 avec un manque de considération pour l’individu, le « H » de ressources humaines, des procédures de travail trop lourdes, contraignantes, souvent inutiles, qui allongent les délais de décision, des conditions de travail qui s’imposent à tous sans concertation (déménagements intempestifs, non remplacements des personnes partantes ou en mobilité interne…), un manque de visibilité sur l’avenir.

 

A l’enquête SOLIC 2011, 1 personne sur 4 déclare souffrir de fatigue, de stress mental et physique, d’angoisse ou d’insomnie dus au travail.

 

2.      L’enquête SOLIC 2011 révèle les difficultés à réaliser son travail compte tenu des instructions de la hiérarchie contradictoires, des inégalités de charges de travail, des dysfonctionnements collectifs ou transversaux entre directions qui se coordonnent peu ou pas.

L’UNSA CCIV demande aux directions centrales de respecter les délais et les contraintes des équipes, d’introduire plus de cohérence dans les instructions, d’alléger les procédures, et d’apprendre à se coordonner dans le respect du travail des uns et des autres (plans de charge, contraintes spécifiques). La communication doit circuler dans les deux sens : écoutez vos équipes terrain, faites remonter l’information !

 

3.       L’enquête SOLIC 2011 indique que les collaborateurs aiment leur travail mais souffrent du manque de reconnaissance au travail (évolution des compétences et des fonctions, promotion, rémunération).

L’UNSA CCIV demande à ce que chaque collaborateur de la CCIV soit apprécié à sa juste valeur d’implication et de compétence, en tenant compte de son parcours à la CCIV et de lui garantir un positionnement juste et méritant dans la nouvelle organisation des CCI. La qualité des performances de chacun vient essentiellement de la motivation et de la reconnaissance de la valeur des collaborateurs par le management.

Arrêtons de faire des simulacres d’espaces de dialogues : réunions X, Y, Z, entretiens annuels X, Y, Z… qui sonnent creux, où la parole ne circule pas, où on vous annonce qu’en dépit de tout le bien fondé de vos actions et de vos propos, on ne fera rien, rien ne changera, on ne peut rien pour vous, on n’a pas les moyens !

Exemple concret d’inaction de la Direction vis-à-vis du personnel : la gestion des troubles musculo-squelettiques des collaborateurs

A la demande de l’UNSA CCIV, la médecine de travail est venue évaluer sur sites les conditions de travail des collaborateurs qui souffrent de troubles musculo-squelettiques à leur poste de travail (lumière, siège, écran…). La DSIRH et la  DADD ont accompagné ces visites sur sites ainsi que vos délégués syndicaux qui siègent au comité d’hygiène et de sécurité.

Les constats établis pour améliorer le confort et la santé des collaborateurs ont été faits et remontés en direction, par la voie hiérarchique.

Depuis silence « radio total » ! Rien ! Restriction budgétaire oblige, nous rétorque-t-on, et l’affaire est enterrée malgré les constats de la médecine du travail !

L’UNSA CCIV demande à la direction générale de cesser cette hypocrisie qui consiste à dépenser toujours plus pour du consulting, du coaching de managers qui n’est pas suivi de faits, de la communication « langue de bois » et à reculer devant l’engagement de dépenses budgétaires réellement  utiles pour améliorer l’état physique et mental des collaborateurs.

Moins de « bla-bla » et plus d’action, plus de considération pour les collaborateurs, voilà le mot d’ordre que l’UNSA CCIV va porter pour vous à la table ronde du 21 juin organisée par le DG sur la gestion du stress.

L’action est rude mais vos délégués syndicaux continuent d’agir pour vous défendre. Pour rappel,  vos RP et DS UNSA CCIV à votre service :

 

Comité Hygiène et Sécurité (CHS) : Toutes questions relatives aux conditions de travail matérielles, organisationnelles et relationnelles

 

Comité de suivi Stress Professionnel

·  Francoise Lauretta   Tél. 0130847895  flauretta@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy  Tél. 01308409 mdulauroy@versilles.cci.fr

 

·  Philippe Desilans  Tél.01308472 84  pdesilans@versailles.cci.fr

·  Laurence Mevel  Tél.0139292304  lmevel@versailles.cci.fr

·  Francoise Lauretta   Tél. 0130847895  flauretta@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy  Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

Commission Formation : questions relatives au plan de formation

·  Françoise Morin  Tél. 0139292314   fmorin@versailles.cci.fr

·  Philippe Desilans  Tél.0130847284  pdesilans@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy  Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

Commission logement : questions relatives à l’attribution du 1% patronal pour le logement

·  Marylene Dulauroy   Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

 

Commission Fonds Social : prêts sociaux

·  Irene Lopez  Tél.  0134521510   ilopez@versailles.cci.fr

 

Ruptures CCART : cessation conventionnelle d’un commun accord

Commission spéciale d’homologation

Commission de suivi STAGE PROBATOIRE / CDD / VACATAIRES 

·  Daniel Gireau   Tél. 0130753578   dgireau@versailles.cci.fr

·  Irene Lopez   Tél.  0134521510   ilopez@versailles.cci.fr

 

·  Daniel Gireau   Tél. 0130753578   dgireau@versailles.cci.fr

 

·  Daniel Gireau   Tél. 0130753578   dgireau@versailles.cci.fr

 

Commissions Paritaire Locale (CPL) : Toutes les décisions négociées concernant les collaborateurs de la CCIV

(RP/DS/ Président / Elus)

·  Magali Bonnier   Tél. 0130847950  mbonnier@versailles.cci.fr

·  Daniel Gireau   Tél. 0130753578   dgireau@versailles.cci.fr

·  Irene Lopez  Tél .0134521510   ilopez@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy  Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

·  Maryline Tréheux  Tél. 0130753552 mtreheux@versailles.cci.fr

·  Françoise Morin  Tél. 01390292314   fmorin@versailles.cci.fr

CPLIR (CPL Régionale) : Toutes les questions concernant les collaborateurs Ile de France

·  Magali Bonnier   Tél. 0130847950  mbonnier@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy  Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

Comite de suivi stress au travail

·  Francoise Lauretta   Tél. 0130847895  flauretta@versailles.cci.fr

·  Marylene Dulauroy   Tél. 0130847909 mdulauroy@versilles.cci.fr

   
   

Comite de suivi conséquences sociales de la reforme

·  Francoise Lauretta   Tél. 0130847895  flauretta@versailles.cci.fr

·  Marianne Ziade  Tél. 0134521554  mziade@versailles.cci.fr



Suite aux nombreuses questions  sur le traitement des congés payés (CP) dans la future organisation régionale, nous vous apportons ces précisions actées en CPL du 31 mai 2012 à la demande de l’UNSA CCIV :

·         Dès le premier janvier 2013 seront crédités à l’ensemble des salariés des CCID et CCIT : 27 jours de congé. Ce crédit leur permettra de prendre des vacances dès le premier jour de l’année à charge pour chaque salarié de gérer ses droits à congé pour l’ensemble de l’année 2013. Il ne s’agit que des congés annuels car les RTT sont gérés par des dispositions  spécifiques.

·         Du fait de ce crédit à partir du premier janvier, nous avons l’obligation de trouver des solutions pour le reliquat des congés 2012  qui ne pourraient pas être pris avant le 31 décembre 2012. Nous avons négocié trois solutions qui peuvent être mises en place séparément ou en mixant ces solutions.

·         Les trois solutions sont :

·         Le report de quinze jours serait possible : la prise de ces jours de congé reportés s’établirait à raison de cinq jours par an sur trois ans.

·         La mise des jours de congé non pris en 2012 sur le compte épargne temps. Pour 2012 se nombre serait porté exceptionnellement à 20 jours de congé pouvant être déposé sur le compte épargne temps

·         La possibilité de se faire rémunérer jusqu’à cinq jours maximum les jours de congé non pris et non déposés sur un compte épargne temps.

·         Attention pour les CDD de ne pas excéder les jours potentiellement acquis jusqu’à leur terme de contrat, car si tel était le cas la DSIRH diminuerait le solde de tout compte d’autant de jours pris au-delà de la durée du travail effectif. (EX : si le contrat a pour terme le 30 juin, les droits réellement acquis au 30 juin seraient de 2,25 jours X 6 = 13,5 jours. Si le salarié a pris plus que 13,5 jours de droit à congé sur sa période de travail la DSIRH rétablira de façon pécuniaire la différence

·         L’ensemble de ces solutions peuvent être mixées. Le salarié devra avant le 15 novembre 2012 faire savoir à La DSIRH quelles options il souhaite choisir : EX : 5 jours rémunérés, 5 jours déposés sur un compte épargne temps, cinq jours reportés.

 

 

Commenter cet article