CPN du 13 nov. : des questions qui fâchent !

Publié le par UNSA CCI SNAPCC de VERSAILLES VAL D'OISE- YVELINES

 

La CPN du 13 novembre 2012 devait régler les derniers points de négociation

sur le dossier prévoyance / santé. La procédure du choix des prestataires est suspendue à un recours en référé de la part de l'un des candidats non retenu qui estime n'avoir pas été évalué à sa juste valeur. Ayant été partie prenante dans le processus de choix, nous pouvons affirmer que la procédure s'est déroulée en toute impartialité et en toute transparence, avec le seul souci de proposer aux salariés et à leurs ayants droit, les meilleures prestations possibles. Nous attendons donc avec sérénité le jugement du tribunal.

 

Outre ce contretemps, le dossier reste malheureusement bloqué sur deux points essentiels :

1.    la part de cotisation prise en charge par l'employeur

2.    le paiement des jours de carence.

 

Le premier point n'a pas pu être conclu à cause d'une divergence de position sur le

paiement des jours de carence. Sur ce sujet, les organisations syndicales ont fait front commun pour réclamer ce qui se fait dans l'immense majorité des CCI à savoir le paiement des jours de carence dès le premier jour d'arrêt maladie. Refus catégorique de la part des présidents qui veulent nous imposer le non paiement d'un jour de carence.

 

Cette position de principe de la part des présidents est injustifiée tant sur le plan financier (ils ne sont pas en capacité d'estimer le coût que représente le paiement des jours de carence) que sur le plan juridique (le paiement des jours de carence n'est pas un obstacle au statut). Elle est surtout injustifiable auprès de nos collègues en arrêt maladie.

 

Que cherche-t-on ? A faire porter à l'ensemble des agents la "faute" de quelques uns qui abusent de cette mesure ? A montrer aux présidents du réseau que leurs représentants en CPN ne cèdent pas devant les exigences des syndicats ? A faire plaisir à la tutelle en se mettant "en phase" avec la fonction publique ?

 

Les négociations ne sont pas rompues pour autant. Convaincus que les solutions passent par la négociation, l'UNSA-CCI fera des propositions pour débloquer la situation.

 

D'ici la prochaine CPN, le 4 décembre, les salariés du réseau doivent montrer leur

détermination à ne pas se laisser dépouiller de cette mesure en vigueur depuis toujours dans la plupart des CCI.

 

Faites-le savoir auprès de vos présidents.

Vous pourrez compter sur l'UNSA-CCI pour continuer à défendre vos intérêts en CPN.

Commenter cet article