Les actions que nous avons obtenues pendant le groupe de travail sur les conséquences de la réforme

Publié le par UNSA CCI SNAPCC de VERSAILLES VAL D'OISE- YVELINES

RAPPEL : ce groupe de travail demandé par les syndicats et notamment par l’UNSA-CCI puis décidé par le Président lui-même en février 2010, avait pour objectif de commencer à préparer l’accompagnement du personnel dans la perspective de la réforme, encadré en cela par un consultant extérieur expert du réseau consulaire et de ses mutations.

Seule la CPL emporte la décision puisque ce groupe de travail a soumis ses travaux au Président Fouchet le 18 mai 2011 et ils ont été présentés en CPL du 23 juin 2011.

 

La démarche présentée en CPL du 21/10/2010 s’appuie sur des méthodes de gestion prévisionnelle des emplois. Le groupe composé de personnels opérationnels des deux directions D2E et DEFI a appréhendé les emplois en évaluant l’impact des réorganisations qui accompagnent la réforme à l’aide d’une grille d’analyse (critères CV âge, ancienneté, formation initiale, mobilité professionnelle). Les membres se sont engagés à tenir confidentielles les données dont ils ont pu avoir connaissance.

Le syndicat FO a été invité à participer au groupe de travail mais l’ensemble des acteurs de ce groupe n’a pas validé qu’il soit présent sans aucune participation aux travaux, mais se positionnant en spectateur.

UNSA-Cci a exprimé lors de ce groupe de travail qu’elle ne validerait pas la proposition faite lors de la séance de travail du 16/02/2010 par V. Boudes à savoir sur la base du volontariat, le transfert aux managers (toutes catégories) de l’étape 2 c’est-à-dire l’accompagnement professionnel individuel des collaborateurs avec un projet personnalisé d’évolution afin qu’ils deviennent selon l’expression utilisée des «coaches internes». C’est le seul syndicat à s’y être opposé !

 

LES RAISONS

Æ Ce n’est pas ce qui a été défini lors de notre demande au Président Bernardin, les entretiens devraient être menés par des personnes extérieures, qui ne pourraient, en aucun cas, être «juge et partie»

 

Æ Les collaborateurs verront d’un très mauvais œil le fait de se voir accompagnés par leur manager, le même qui évalue «leur performance» au cours de l’année et dont les déficits de compétence RH pour certains, ont été révélés.

Différents ressentis, différentes implications, différentes prises de risques et donc différents résultats et/ou aboutissements. Nous ne voulons pas d’une démarche «à la tête du client».

 

Æ Il ne s’agit pas de valoriser le manager dans son rôle d’encadrant mais de sortir le collaborateur de son emploi dit «sensible» par un plan de formation prévu en CPLIR pour une mobilité vers d’autres familles ou filières d’emplois ou bien ou bien de prévoir vers une réorientation professionnelle. Beaucoup de compétences en interne sont rangées dans un placard.

 

RETRAIT DE CETTE PROPOSITION INITIEE PAR LA DSIRH !

 

Pour UNSA-Cci, voici notre demande auprès de D. Bouvelle DGA/Dsirh en poste au 1er septembre 2011 et que nous rencontrons le 29 septembre prochain.

 

-           La poursuite de ce groupe de travail (RP-DS),

-          La création d’une «cellule d’emploi» au terme des travaux du groupe

-          Un budget supplémentaire affecté à l’accompagnement des collaborateurs dont les emplois sont fragilisés

-         Un plan de formation qui intègre les mutations d’emplois/missions à venir affectation d’un budget supplémentaire de K€ 150)

-          Un bilan actualisé des potentiels départs en retraite et l’estimation du coût

-          Un bilan actualisé des CDD à la rentrée 2011

 

Pour l’UNSA-CCI participer à ce groupe c’est porter une réflexion en commun

et donner un avis sans aucune portée juridique.

Doit-on infantiliser les collaborateurs   

 LORSQUE LA MENACE SUR LEURS EMPLOIS SE FAIT SENTIR ?

 

NOUS NE DOUTONS PAS DES QUALITES HUMAINES ET D’ECOUTE

DONT SAURA FAIRE PREUVE LE NOUVEAU DGA DSIRH CHOISI,

EN CETTE PERIODE DE MOUVANCE QUI GENERE TANT D’INQUIETUDE !

 

L’UNSA-CCI INTERPELLE LE NOUVEAU DGA/DSIRH SUR LA DEMANDE D’EXTERNALISATION DE L’ACCOMPAGNEMENT RH DES COLLABORATEURS DONT LES EMPLOIS SERAIENT FRAGILISES CAR LA DRH NE PEUT ETRE «JUGE ET PARTIE» TANT POUR LES BILANS PROFESSIONNELS/VAE QUE POUR LES ACCOMPAGNEMENTS DITS PLUS LOURDS !

 

NOUS DEMANDONS AUX COLLABORATEURS QUI ENVISAGENT UNE DEMARCHE RH ET QUI SE RECONNAISSENT DANS LES VALEURS DE L’UNSA-CCI DE SE RAPPROCHER DE NOUS POUR UN CONSEIL ADAPTE.

 

SOYEZ ACTEUR DE VOTRE AVENIR SANS PRECIPITATION !

Commenter cet article